ROAD trip dans la péninsule de Coromandel

Avant mon arrivée en Nouvelle-Zélande, l’une des régions qui me faisait le plus rêver était la région de Coromandel. Et je suis loin d’être déçue… ! Qu’il fasse beau, qu’il vente ou qu’il pleuve, les paysages sont toujours magnifiques…

Pas plus tard que le weekend dernier, je décide d’y partir en road trip (j’insiste lourdement sur le mot ROAD.), le but étant d’y faire une boucle, en partant du sud vers l’ouest, puis de la pointe nord vers l’ouest. Autant vous le dire tout de suite : cela ne s’est pas passé comme prévu.
De Thames (point de départ, sud ouest de la péninsule) à Port Jackson (où j’étais censé dormir, pointe nord de la péninsule), mon compagnon de voyage Google me précisait qu’il fallait compter environ 2h30 de route. Comme je commence à connaître un peu les routes de la Nouvelle-Zélande et que je suis pas née de la dernière pluie (ndlr : dernière pluie qui a eu lieu il y a 3 minutes), j’y ajoute environ 1 heure de plus. HAHA. TRIPLE BUSE. Il fallait y ajouter 3 heures de plus. Au moins. Et par temps clair et dégagé, sans travaux sur la route (ce qui n’arrive jamais dans ce coin-là), sans s’arrêter et ayant le goût du risque sur la route.

Pour vous dresser un portrait fidèle de la situation : les routes (quand il y en a), sont partiellement (ou pas) goudronnées. Il arrive souvent que ces « routes » se transforment en petits chemins qui sentent la noisette, parsemés de cailloux et de terre plus ou moins boueuse selon le temps. Charmant pour une promenade pédestre, nettement moins pour y rouler en kiwimobile. Construites à flanc de falaises, entre la mer, la forêt, la campagne et les montagnes, bien heureux est le voyageur qui ne croise aucun obstacle au milieu de la route… !
Il est également important d’avoir des avant-bras bien entraînés. Parce que tourner le volant à droite, à gauche, vous n’allez faire que ça. Pendant des kms et des kms, des heures et des heures, sans relâche.
Le gros van tu éviteras dans le centre de Coromandel : avec 0 visibilité et des « routes » étroites et sinueuses, autant dire que tu serres les fesses à chaque virage et à chaque véhicule que tu croises. Et sans barrière de sécurité au bord de la « route », d’avoir le vertige tu éviteras (la clé est de ne JAMAIS regarder en bas). Les contrats de location de voiture interdissent même de rouler sur certaines de ces routes, notamment au nord de la péninsule!

Après ces petites précisions Bison Futé, il ne reste plus qu’à profiter de l’expérience !
Et finalement, le plus beau de la côte Ouest est finalement cette route, qui offre des points de vue saisissants sur la péninsule.
Matez-donc moi ça :

 

Bienvenue sur les “routes” de Coromandel

Square Kauri Tree, arbre âgé de quelques 1200 ans…!

Je passe la plus grosse partie de ma journée sur Coromandel Town, à me balader sur sa côte, entre ses jolies plages à eaux turquoises, ses criques sauvages et ses forêts de Kauris.
Je débarque ensuite à Colville, petit hameau hippie excentré du monde. De là, il ne me restait plus qu’une trentaine de kms à parcourir (soit 2 heures de route. Et oui.)
N’ayant plus la foi, et la journée étant presque terminée, je décide finalement de rester sur Colville, pour profiter du coucher de soleil sur la magnifique baie de Waitete, mais aussi pour passer l’une des nuits les plus … insolites ! de ma vie : le choix de logement étant très restreint dans la village, je me dirige vers le premier endroit que je trouve : un centre de méditation bouddhiste tibétain, dans une vallée au calme à l’entrée de Colville. Quand le lieu n’est pas privatisé pour une retraite spirituelle, il est possible d’y dormir, et de profiter de la salle de méditation mis à disposition. Un endroit magique, hors du temps et très reposant, et qui permet pour les novices comme moi de mieux découvrir cette religion. (J’interprète mes cacas d’une toute autre façon maintenant… !).

 

Crique de Coromandel Town

 

Après une nuit bien reposante, direction la côte est.
Et là bim, bam boum, des criques sauvages, des plages sublimissimes, j’en prends encore plein les mirettes…
La région est en effet réputée pour détenir les plus belles plages du pays. L’une d’entre elles, la New Chum Beach, est même apparue dans plusieurs classements des plus belles plages au monde… Complétement approuvé par la team Je Peux Pas J’ai Haka (= moi et ma kiwimobile).
Et comme les plus beaux endroits de Nouvelle-Zélande sont souvent les plus difficiles d’accès, que dire du chemin pour accéder à la plage secrète de New Chum Beach… ! Il faut tout d’abord traverser une première plage, la plage de Whangapoua, et son cours d’eau qui sépare cette plage en 2. Premier obstacle qui m’aurait presque dissuadé (c’était sans compter sur ma ténacité bretonne). Il avait beaucoup plu les jours d’avant, et le cours d’eau était assez profond. Assez profond pour devoir enlever ses chaussures, ses chaussettes et… son pantalon (oui j’étais en culotte au milieu de la plage, rien à foutre). Il a ensuite fallu se « jeter à l’eau » et foncer (petit rappel : on est en plein hiver ici. L’eau est GLACIALE). Ça, c’était presque la partie la plus facile.
Il faut ensuite se diriger vers les galets glissants et instables pendant une petite ½ heure pour contourner la côte (heureusement j’ai grandi sur la côte finistérienne, il me restait un peu d’expérience du saut de galet, 0 chute s’il vous plaît).
Arrive ensuite la partie cracra : une petite rando à travers la forêt et ses chemins pleins de boue. (Ok là j’ai chuté. 2 fois).
Et enfin, après ce parcours du combattant : THE plage de New Chum Beach. Les photos sont presque décevantes, et ne rendent pas du tout justice à la beauté de cette plage…

 

Whangapoua Beach
On dirait que ça te gêne de marcher dans la bouuue
New Chum Beach <3

Je continue mon petit chemin de route plus au sud, entre 2 averses. Je découvre la Lonely Bay sous un beau arc-en-ciel (baie qui porte d’ailleurs bien son nom, parce que ben j’étais toute seule sur la plage). A 10 minutes de grimpette de la baie se trouve le Shakespeare lookout, un point de vue époustouflant sur les côtes est de Coromandel.

Je termine cette belle journée par un crochet vers Cathedral Cove (je sais j’en ai déjà parlé  ) mais j’adore tellement cet endroit… ! Jamais 2 sans 3, la prochaine fois j’y vais au lever du soleil !

 

Lonely bay – Au bon endroit au bon moment

Coucher de soleil sur Cathedral Cove

Gosh mes articles sont de plus en plus longs, je vais finir par vous perdre en route… ! (peut-être celles de Coromandel mouhahaha).

8 Replies to “ROAD trip dans la péninsule de Coromandel”

  1. C’est tellement beau ! Et un vrai plaisir de te lire, je rigole toute seule à mon bureau 😉 c’est génial de pouvoir suivre tes aventures, je t’imagine tellement en petite tenue seule face à la nature haha ! Profites bien !!

    1. Haha tes collègues vont croire que ce sont les matrices qui te font rire… (ou pas^^) je savais que mes aventures de cul-nu sur la plage allaient en faire rire plus d’un^^

  2. J’ai trop ri !! Merci pour tes articles ! C’est superbe !!

  3. Cécile Chabirand dit : Répondre

    Trop belles photos, ça me donne bien envie d sauter dans le premier avion pour te rejoindre!!
    Ahahaha tu as pu tester les magnifiques routes NéoZélandaises! Je pensais qu’ils avaient plus goudronné depuis le temps…Méfie toi aussi des stations essence…

    1. Et non, pas dans le Coromandel en tout cas, en même temps ça fait le charme des routes!
      Oui je me suis déjà fait 2 3 frayeurs avec l’essence, mais pas encore de panne d’essence à mon actif 🙂
      oui oui ouiii saute dans le premier avion!!! 😀

  4. Tu me vends du rêve ma biche 💚
    C’est splendide et tes textes me font bien rigoler 😄

  5. Ah bah enfin!!!!! Je me demandais combien de temps ça prendrait avant que tu parles caca dans un post! Soulagée de voir que tu n’as pas totalement changé de centres d’intérêts! 😉
    Plus sérieusement, super article, as usual, ça à l’air vraiment top la NZ!
    bisous Fristanket!

    1. Bien sûr, je reste la même, fidèle à mes valeurs et à mes passions!

Laisser un commentaire