Les mystiques plages de Piha & Karekare

En parallèle de mes précédentes excursions Aucklandiennes, cette première semaine en Nouvelle-Zélande est également l’occasion de terminer les dernières tâches administratives liées au PVT : l’ouverture d’un compte bancaire, la demande d’un numéro IRD pour pouvoir travailler, l’achat d’un super téléphone Iphone 6 néo-zélandais (=ou plutôt l’équivalent d’un Nokia 3310 à 25 dollars. Le must : je peux même jouer à Snake, pour un flash-back dans mes années collège!).

Mais cette semaine marque également l’achat de ma toute nouvelle VOITURE qui va m’accompagner partout durant toute mon année ! Enfin une voiture, que dis-je, plutôt un semi-remorque qui va me conduire sur les routes néo-zélandaises, me servir de maison, de cantine, de garde-bordel !

Les clés en poche, je décide de me diriger illico presto vers les plus belles plages sauvages de la côté ouest d’Auckland : j’ai nommé Piha Beach & Karekare Beach.

Et tout cela s’il vous plait :

          En m’installant dans ma toute nouvelle voiture automatique. Je me suis dit que ça allait être compliqué quand je me suis assise du mauvais côté de la voiture (le côte conducteur étant à droite de la voiture!)

          Conduire à gauche, et découvrir les règles de circulation néo-zélandaises (pourquoi mettre  des feux tricolores un coup à gauche, un coup en haut, un coup de l’autre côté de la rue… ? Je vous le demande!)

          Affronter le brouillard tenace (il a fait beau et dégagé toute la semaine, bien sûr il faut qu’il tombe ce jour-là)

          En découvrant Auckland et sa région, son trafic routier et ses bouchons… et tout ça sans GPS mesdames messieurs, à l’ancienne avec mes cartes routières! Et sans se perdre ! (si ce n’est la légère « errance » dans un quartier du nord d’Auckland pendant une dizaine de minutes, mais qu’est ce que 10 minutes dans une vie !)

 Piha Beach

Une fois tous ces obstacles surmontés, je pensais m’être sorti d’affaire. Que nenni, c’était sans compter les routes étroites et sinueuses (peut-on vraiment appeler ça des routes ?!) qui mènent aux plages tant convoitées de Piha et Karekare.

Après toutes ces péripéties, je me retrouve face à cette vue… Et là, bim, j’oublie tout !

Prend ça dans la face

La plage de Piha Beach est connue pour son rocher : le lion Rock ! Si vous regardez bien, il tient son nom de sa forme de lion couché.

Le cucul du lion

 

Le lion couché, regard face à l’horizon!

Je me balade le long de la plage dans une brume et une lumière quasi mystiques, qui rajoute du charme à cette plage de sable noir.

 

Attention à la baignade, l’eau paraît calme et paisible, mais elle est réputée pour être l’une des plages les plus dangereuses du pays ! Elle a même donné son nom à une émission de sauvetage « Piha Rescue » !

Moins dangereux (quoique), il est possible de grimper sur le Lion Rock pour avoir une vue d’hauteur de la plage, à condition de ne pas avoir le vertige (comme moi). Je me confesse, je n’ai même pas grimpé le tiers du rocher (en même temps, regardez-moi ces barrières de « sécurité », quand il y en a…! pas folle la guêpe!)

La grimpette de la mort qui tue

 

Karekare Beach

Après une pause yummy yummy au café de Piha Beach (mention spéciale pour la pizza végétarienne), je me dirige vers la fameuse plage de Karekare. Cette plage est notamment célèbre car elle fût le lieu de tournage du film de Jane Campion « La leçon de piano ».

Et bien je dois dire que cette plage est aussi reculée, sauvage, mystique et un peu… effrayante que dans le film !

Cette plage, bordée par la mer de Tasman, reste à ce jour l’une des plus belles plages qu’il m’ait été donné de voir. On y ressent une drôle de sensation et d’émotion, sur cette plage sacrée…

Kia ora M. le gardien de Karekare Beach

 

I hope I’ll get

 

Vous reconnaissez la plage de “La leçon de piano”?

Ambiances mystique & spirituelle

Cette plage est aussi une porte d’accès de promenades et randonnées au sein du parc régional de Waitakere. A 10 minutes de marche de la plage, à travers la forêt luxuriante, se trouvent les Karekare Falls : MAGIQUES !

Je ne suis pas la seule à admirer les merveilles de la Nouvelle-Zélande!

Cet article sera le dernier sur Auckland et ses alentours. J’espère que vous avez apprécié l’escapade virtuelle ! Il est maintenant temps pour moi de changer de région, et de commencer l’immersion complète dans une famille Kiwi de 4 enfants (de 2 à 9 ans : voyons si je survis à ça …!). Cap sur la région de Waikato et sur la magnifique péninsule du Coromandel !

9 Replies to “Les mystiques plages de Piha & Karekare”

  1. Superbe !!
    Un plaisir immense de te lire et de découvrir ces belles images le dimanche matin !!!
    ❤ continue à nous faire rêver !!

  2. Superbes photos et commentaires au top !
    Bonne chance dans ta nouvelle famille d’accueil 🙂
    Bisous 🙂

  3. Magique…c’est vraiment le mot qui me vient à l’esprit en te lisant. Un petit paradis sur terre !!
    Tellement heureuse que tu puisses découvrir tous ces trésors <3.

  4. Magnifiques tes photos ! Elles sont de super bonne qualité. Qui a fait le dessin sur la sable (a beautiful soul) ?

    1. C’est “Beach tagger NZ”. Il a une page sur Facebook, ses dessins sont magnifiques!

  5. on se laisse tellement vite emportés par tout ton récit et tes photos ! l impression d y etre … profites a fond veinarde !!!

  6. J’adore ! Les photos sont splendides et très mystiques…
    J’espère que tu t’en sors avec ton bolide, ton nouveau portable et les 4 gosses à gérer 😉
    Hâte de lire la suite de tes aventures <3

  7. Magnifique cheminement, chère Aurore!
    Tu n’as pas rencontré de trolls (comme moi la semaine passée en Norvège) dans ce sublime environnement mystique?
    Je te souhaite une belle poursuite de ce voyage, un peu “hors du temps”, avec toute mon affection! Tatie Touraine

    1. Merci tatie Touraine!
      Quand tu parles de trolls, tu parles de vrais trolls ou d’enfants?!!
      Génial pour la Norvège, ça doit également être un magnifique pays!
      Je continue mes aventures hors du temps et je vous raconte tout ça. Des bisous!

Laisser un commentaire